Ce n’est pas la première fois que Pierre Perret va au tribunal pour répéter qu’il a bien connu Paul Léautaud (1872-1956).

En mars dernier, le chanteur avait déposé plainte pour diffamation contre Le Nouvel observateur, qui l’avait également accusé de mentir sur sa rencontre dans les années 1950 avec l’écrivain.
(Voir à ce sujet, l’article Un procès haut en couleur).

Écrivain et chroniqueur littéraire, notamment à Lire et dans le Figaro littéraire, Bernard Morlino publie un blog sur lequel il a posté de janvier à mars 2009 des propos considérés comme diffamatoires par Pierre Perret.
Le 8 février 2009 notamment, il écrivait : “Pierre Perret n’a toujours pas prouvé son amitié avec Paul Léautaud”, il avait également traité Pierre Perret de “con” et de “gougnafier”…

Dans son jugement, le tribunal a estimé qu’étaient bien diffamatoires les propos selon lesquels Pierre Perret aurait inventé une relation avec Paul Léautaud, ainsi que les accusations de plagiat, La 17e chambre a considéré que l’enquête du journaliste était “inexistante et ne présent(ait) aucune fiabilité”.

Le tribunal correctionnel de Paris a donc condamné mardi 13 décembre le journaliste Bernard Morlino pour injure et diffamation, pour avoir contesté sur son blog la réalité de l’amitié de Pierre Perret avec l’écrivain Paul Léautaud.