Le lièvre et la tortue

Auteur : Jean de la Fontaine
Paroles nouvelles et musique : Pierre Perret – © Editions Adèle 1995

Rien ne sert de trisser faut s’arracher à point !
Le lièvre et la tortue en savent quelque chose
Cette dernière dit au lièvre : Si tu l’oses
Veux-tu faire la course tu ne me battras point
J’atteindrai le poteau que tu aperçois là-bas
Avant que tes bacchantes en aient frôlé le bois
Il faut te faire soigner dit l’autre fanfaron
Et n’aurais-tu pas une araignée dans l’ plafond ?

REFRAIN

Le lièvre et la tortue
Firent un’ course tragique
Elle était asthmatique
Et le lièvre avait bu

Une araignée ou pas, je parierais encore
Dit la tortue pensant que le lièvre avait tort
Jouant un camembert contre dix-huit carottes
Elle se mit aussitôt à descendre la côte
A voir se dandiner cette vieille fêlée
Le lièvre se poilait du haut de la colline
Il aurait tout loisir de voir à la télé
Les films de Charlot et ceux de Marylin

REFRAIN

Le lièvre et la tortue
Firent un’ course tragique
Elle était asthmatique
Et le lièvre avait bu

Il matait tranquillement “Tarzan à Bornéo”
Quand la tortue fonçant à dix-huit à l’heure
Avec des crampes aux cuisses approchait du poteau
Le prétendiard alors partit à cent à l’heure
Il était bien trop tard, le lièvre avait perdu
Et la tortue déjà lui réclamait son du
Honteux de s’être fait berner tel un mille-pattes
Il admit qu’ la tortue l’emportait haut la patte !

REFRAIN

Le lièvre et la tortue
Firent un’ course tragique
Elle était asthmatique
Et le lièvre avait bu
Apprends espèc’ de fou
Que pour être un athlète
Y a pas que les gambettes
Y faut avoir du chou