Pour ce « Douce France », l’éternel enfant dans l’âme qu’il demeure, retrouve les paysages de ses 10 ans… Il se souvient du café de Maurice, son père, qui le dirigeait, de sa mère Claudia qui faisait la cuisine et de personnages insolites, que l’on peut retrouver dans certains de ses couplets.