Ce reportage a été effectué à Petite-Forêt (59) le 25 novembre 2011 et est dédié aux fans curieux de connaître l’organisation de la ruche et les abeilles butinant lors d’un concert de Pierre Perret.

Tout commence au secrétariat, lorsque Delphine Pennard (secrétaire sympathique et dévouée) communique à Rebecca (alias Madame Perret, épouse fidèle et néanmoins manager) les propositions et projets de concerts pour l’artiste.

Lorsque ces “détails administratifs” sont réglés, la machine se met en place et, le jour dit, deux estafettes (4 techniciens, 5 musiciens et leurs instruments) se mettent en route vers la destination du gala, tandis qu’à Nangis, Pierre et Rebecca enfourchent leur fidèle destrier afin d’arriver sur place plus ou moins 3h à l’avance (ce qui permet aux techniciens et aux musiciens d’accorder leurs “violons” lors des répétitions indispensables).

Plusieurs dizaines de milliers de kilomètres sont ainsi parcourus chaque année par ces joyeux lurons…

Lorsque balance du son, voix, retour et lumières résonnent au bon rythme, tout le monde se disperse, se repose, casse la croûte, se change, prend une douche… afin d’être fin prêt pour l’heure d’entrée en scène.

20h30 : la salle est pleine, l’effervescence monte, Maud Pages (violoncelle), François Ducroux (contrebasse), Gilles Lecouty (dit Gilou, accordéon), Joël Roulleau (guitare), Claude Walch (batterie) entament “Ouvrez la cage aux oiseaux” pendant que Gérald Larteau (régisseur) au sommet de la salle, Joël Boischot à la table de mixage, Patrick Galliot et Xavier Champain dans les coulisses surveillent la coordination : l’équipe complète est aux taquets pour l’entrée pétillante de Pierre Perret qui arrive alors en trottinant et en saluant la foule en délire qui, dans un élan d’applaudissements, accueille ce jeune-homme de 77 ans dans la chaleur et la joie qui émanent dès son entrée sur scène.

Nous assistons ensuite à un récital choral qui fait l’unanimité. Le public, acquis dès les premières notes, chante à tue-tête au son des premiers accords, découvre attentif les nouvelles chansons (La femme grillagée a droit à une standing ovation) et se prête aux échanges coquins avec les joyeux drilles qui occupent la scène de l’espace Barbara.

Après plus de deux heures de tour de chant, plusieurs rappels, la salle est debout et Pierre Perret remercie le public, s’enfonce dans les coulisses, mais, en ressortira, comme après chaque concert, pour prendre le temps de signer des autographes, des disques, des livres, tailler un brin de causette avec ce public qu’il respecte depuis 55 ans.

C’est donc tout cela l’alchimie d’un concert avec PierrePerret, la complicité entre l’Ami Pierrot, ses musiciens et son public !

musiciens_pierre_perret

techniciens_pierre_perret

concert_pierre_perret_petite_foret